C'est avec un très grand plaisir que je me suis plongé dans le premier roman écrit par Jane AUSTEN.

L'histoire se déroule au XVIIIème siècle, autour de la famille Dashwood, dont le père est décédé en laissant tout son héritage à son fils aîné. Sa veuve et ses deux filles, Elinor et Marianne, se retrouvant destituées de l'héritage. Les deux jeunes filles s'éprennent respectivement de Edward Ferrars, et  Mr Willoughby. Chacune vivra cet amour très différemment puisque la première sera tout à fait pudique sur sa situation, tandis la seconde vivra sa passion au grand jour...

raison-et-sentiments_couv

Le plaisir de ma lecture a été identique à celui que j'ai pu éprouver lors de ma découverte de l'auteure avec Orgueil et préjugés. Jane AUSTEN a sû m'immerger dans le monde de la famille Dashwood très très rapidement. Elle a cette capacité de nous présenter les liens entre les personnages, qui nous permet tout de suite d'identifier chacun des membres d'une famille. Ce qui n'est pas si évident que cela, surtout quand plusieurs d'entre eux portent le même nom de famille. C'est très rapide de se méprendre. Pour une fois, je n'ai pas eu à buter sur ce point là, et c'est très agréable ! La plume de l'auteure est donc vraiment efficace !

J'ai également eu énormément de plaisir à découvrir les principaux personnages, car elles répondent tout à fait à mes attentes pour ce roman. Elinor et Marianne ont chacune leur caractère propre et très prononcé ainsi qu'une très forte volonté, ce qui les rend vraiment intéressantes. De ce fait, on prend beaucoup de plaisir à faire leur connaissance, et comprendre leurs valeurs tant en amour qu'en société. C'est avec plasir que je les aient vu évoluer au fil du livre, au travers des situations et et des rencontres qu'elles ont vécu.

Dans un premier temps, j'ai eu une préférence pour Elinor, qui tient selon moi le rôle principal. C'est une personne très posée dans ses jugements et dans son comportement. Elle ne se laisse pas emporter par ses émotions, et n'attend pas de son entourage d'être à son écoute pour la moindre difficulté qu'elle rencontre. Je trouve qu'Elinor est une preuve de sagesse. En cela, je la trouve très semblable à Lizzy de Orgueil et préjugés, qui se montre également réfléchie, posée, et plutôt maîtresse de ses émotions.

A contrario, Marianne m'a semblée très puérile dans son comportement et ses réflexions, notamment dans ses discussion avec Mr Willoughby à propos du colonel Brandon.... Cependant, Jane AUSTEN a énormément fait évoluer ce personnage au fil du roman ! Cette évolution est d'autant plus appréciable qu'elle se fait par petites mesures. Le lecteur ne tombe pas dans un changement complet de comportement d'une page à l'autre. C'était le reproche que je faisais au personnage de Anne, dans Persuasion, et la raison pour laquelle j'en garde un mauvais souvenir pour le moment.... J'ai donc pris énormément de plaisir à faire la connaissance de Marianne, au point de l'apprécier tout autant que Elinor à la fin du roman !

Les "aventures romanesques" des deux jeunes filles sont très bien menées. Tout du long, je me suis demandée quelle allait être l'issue de ces deux histoires. Le début part sur les chapeaux de roues. On parle de "mariage" et de "sentiments" dans le premier quart du roman. J'ai eu peur que l'on virevolte sur ces quelques éléments tout du long, mais les personnages évoluent pas mal, ce qui aiguise la curiosité du lecteur.

Enfin, malgré tous les points positif que j'ai pu mentionné ci-dessus, j'ai une critique à apporter, notamment sur le dénouement. Je m'attendais à des effusions de sentiments de la part des personnages, des emportements d'amour ! Certe, ces messieurs nous livrent les secrets de leur coeur. Mais bon sang, pourquoi Jane AUSTEN a eu idée de révéler les fiançailles des différents couples via de simples phrases affirmatives ?!! Je voulais de la surprise, des hésitations, des élans de sentiments moi ! Enfin....quelque chose qui achève mon petit coeur d'artichaud ! Pas ces phrases toutes plates "machin demande la main de machin". Quelle tristesse....

Cela m'a quelque peu déçu. Mais il n'empêche que Raison et sentiments m'a complètement séduite, et je suis très heureuse d'avoir pu retrouver le plaisir que j'ai eu avec Orgueil et préjugés. Je suis comblée !

 


- SPOILER - SPOILER - SPOILER - SPOILER - SPOILER - SPOILER - SPOILER - SPOILER -

Avant de refermer ce billet, je tenais à évoquer le personnage de Lucy Steele. Il s'agit pour moi d'une véritable chipie ! Dès le début; j'ai sentis que l'on ne pouvait pas lui faire confiance, notamment sur ces révélations avec Mr Ferrars. Personnellement, je penchais pour un énorme mensonge de sa part, car nous n'avons qu'une seule scène où nous la retrouvons en sa compagnie. Celle-ci est très brève et pas du tout concluante vis-à-vis de ses affirmations. Ce n'est que très tardivement que Mr Ferrars l'évoque...

Franchement, j'aurai vraiment aimé que Jane AUSTEN fasse de ses propos de véritables mensonges ! Alors, le scandale qui a lieu chez la famille Ferrars aurait été encore plus dramatique ! Edaward Ferrars aurait pu être mis sur le devant de scène pour défendre son honneur auprès de sa famille et surtout de Elinor ! Les échanges avec cette dernière auraient été au top, j'en suis certaine !!